LLouis

Portfolio

RAXOLA #1977

Qui a vu Raxola sur scène.
Pas grand monde.
Qui a une photo, un coupure de presse, une vidéo?
Personne, même pas nous.

Raxola est un éclair Punk, de la deuxième vague.
Du « Genuine Punk », mélangé de pop, annonciateur du MTV Punk, polissé, qui fera les beaux jours des groupes américains, Offspring, Nirvana, Green day.

Tout ce que vous lirez, entendrez au sujet de Raxola ne sont que duplication de divagations, de « on dit », de ragot d’arrière-boutique.
Wikipédia se laisse écrire.
La réalité est tristement banale, affligeante, comme elle se doit de l’être dans les « No Success Stories »

Eef ou Yke, LLouis et Snick sont trois musiciens Belges.
LLouis est le trait d’union entre les deux autres qui se rencontrerons un soir de 1975 au Magic Bus à Charleroi un soir de concert.

Eef, apporte l’idée de s’engouffrer dans la brèche ouverte part les Sex Pistols, les Clash les Ramones.
Raxola n’a pas inventé le Punk.
Nous l’avons mélangé avec d’autres artifices.
Reste que cette vague, nous débarrassait, au moins momentanément des techniciens du business, des génies du manches, Slow Hand, Jimmy Page etc..
Pour Raxola, il faut bien le dire, cette actualité était inespérée.
Remplacer technique musicale et le travail que son acquisition suppose, par énergie et trouvaille, comment refuser un tel confort.
Pogoter sur scène, plutôt que fignoler l’acoustique ou accorder ses guitares séduira plus d’un bon à rien.

A l’instar de Bill Wyman, qui devint bassiste des Stones parce qu’il avait un ampli, je fus élu bassiste de Raxola probablement grâce à mon camion, ce vieux Saviem, sans lequel
mes modestes œuvres n’auraient pas fait le tour du monde.

Mais comment, me direz-vous, ont-elles faites pour voyager solitaires.
Un miracle de la copie pirate d’époque.
Un album, dont je garde un exemplaire religieusement, dédié aux groupes Punks Belges.
« Bloody Belgium », reprend, exempt de royalties faut-il le rappeler, 3 titres de Raxola.
Cette compilation, distribuée à travers le monde en nombre de copie inépuisables, puisque libre de droit, nous fera connaître des amateurs du genre dans les contrées les plus reculées.

Streamé avant l’heure, piraté vingt ans avant Napster, nous serons les premières victimes de ce nouveau mode de diffusion.
Raxola a ouvert la porte au pire du peer, pas celle des coffre-fort, vous l’aurez compris.

L’argent est un bon serviteur et un mauvais maitre.

Un 33 tours original de Raxola vaut désormais 500 $$.
Il m’en reste un, signé de mon sang, il sera à vous pour 10 000 €
Faut bien que je me refasse.

Leave a Reply