LLouis

Portfolio

EEF #1972

Un procès s’annonce, pour cette brève présentation.

Ice anf fire, je n’imagine mieux.
Deux forces qui s’annulent.

C’est un homme qui n’aime pas l’homme.
Il n’y croit pas, il n’en veut pas.
Ancré et encré dans le possible, il ne voit en l’humanité que trahison et bassesse, souvent, à raison, l’histoire impose ces sentiments.

A quoi bon être artiste si l’on désespère de son voisin.
Eef est d’une tristesse infinie.
Il ne croit pas en l’autre, probablement pas en lui, a-t-il tort ou raison ?
Avenir commun nous étant désormais interdit, nous n’aurons pas de réponse.

C’est donc avec ce petit moteur, bâti que pour vieillir, que j’ai fait mes derniers pas de rockstar.
J’aurai été, sous ses drapeaux, chauffeur, roadie, bassiste, choriste.
Restent issus de nos différences, quelques titres composés dans les années 1970, dont certains rapportent encore de quoi payer le pain.

Je l’ai poussé, porté à bout de bras des années durant, phagocyté c’est vrai, dans l’espoir que le petit grain de génie que je lui avais découvert prenne racine.
Il manie l’art indispensable à la production d’une œuvre de trois minutes, la concision.
Lui, aura définitivement décidé que le texte n’est rien, car les groupies et le peuple ne voit que le chanteur et le guitariste.
J’ai donc, des années durant, côtoyé en vain, un parolier de haut niveau, auteur de texte simple, direct et incroyablement universel.

Time is missing, to build my self a world …
Battles are won, so you twiddle your thumbs …
I ain’t got nothing to do, but to wait for the war.

Ces vers, issus de différents titres ne méritent pas l’anonymat.
Le contraire doit être vrai.

On arrive pas en haut sans Sherpa.
Un jour il m’a donné congé, définitivement.
C’est dans la douleur ce qui me sera arrivé de mieux.
Seul, il ne gravira plus.
Notre sommet restera Raxola, groupe Punk belge, dont il n’y a pas une photo, néanmoins connu dans le monde entier.

Pas un blog, pas un spécialiste de la musique punk ignore Raxola, qu’il soit Japonais, Américain, Russe ou Chinois.
Si le punk reste sans futur, pour sûr on est les rois de la discipline.

Keith et Mike ce sont rencontrés, enfant sur un quai de gare.
Eef et moi dans un mini concert à l’âge de seize ans, deux cent kilomètres plus à l’est.
C’est malheureusement le point d’orgue de cette comparaison.
On était bien parti, mais probablement pas assez bâti pour la route.

Et maintenant
Pour de vrai
Time is missing …

J’ajoute ce petit paragraphe en septembre 2016

Notre ami, réveillé par mes velléités soudaines de refaire surface, ne reste pas sans réponse.
Reparti sur les routes avec quelques compagnons Belge …
J’ai vu par ci par là, quelque photos …
Pas mal, je l’avoue, bon re-début, il y a quelques restes intéressants.
J’attends d’entendre … avec impatience.

Leave a Reply